Billetterie

L’exposition

Un mortel parmi les dieux

De la République à l’Empire

Octavien, petit-neveu et fils adoptif de Jules César, devient maître de Rome à l’issue d’une guerre civile, en 31 av. J.-C., et impose habilement une nouvelle forme de gouvernement, respectueuse en apparence des institutions républicaines : le Principat. Il accapare progressivement la puissance de la plupart des magistratures traditionnelles, concentrant le pouvoir politique entre ses mains et celle de son entourage. Les honneurs qui lui sont décernés tout au long de sa longue carrière politique, comme l’attribution du surnom d’Auguste, contribuent à construire une aura divine autour de sa personne, l’élevant au-dessus du commun des mortels. Il fonde ainsi en partie son pouvoir sur la sacralisation de sa fonction. Le culte de ses qualités, vertus et actions est progressivement intégré dans la religion publique sans créer de rupture avec le cadre religieux traditionnel, dont Auguste demeure le garant. Il ne sera ainsi jamais assimilé à un dieu ni destinataire d’un culte direct de son vivant en Occident.

  • Tête d'Auguste
    Buste d’Auguste couronné de chêne Marbre lychnites (île de Paros) Première moitié du Ier s. ap. J.-C. Martres-Tolosane (Haute-Garonne), villa de Chiragan Toulouse, musée Saint-Raymond
  • Fragment d'une statue : portrait d'Auguste en pontife
    Fragment de statue d’Auguste Marbre Règne d’Auguste (27 av. J.-C.-14 ap. J.-C.) Ancienne collection Campana Paris, musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines
  • © C. Carrier, R. Gafà/Ville de Nîmes
    Denier d’Auguste Argent Nîmes, musée de la Romanité

© Daniel Martin Fouinoflex
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Hervé Lewandowski
© C. Carrier, R. Gafà/Ville de Nîmes

L’image de l’empereur

Tout au long de son règne, Auguste s’attache à donner de sa personne, de sa famille, de son projet politique, une image propre à légitimer son pouvoir et son action. L’idéologie du nouveau régime s’exprime à travers différents « médias » : littérature, numismatique, sculpture, arts précieux… Les différents lieux et ensembles architecturaux dédiés à la célébration de l’action impériale (temples, sanctuaires, forums, théâtres…) offrent un cadre à des programmes décoratifs dans lesquels les portraits dynastiques occupent une place centrale. Les images du prince et des membres de sa famille y sont entourées de divinités, d’abstractions divinisées, de références mythiques et religieuses et de motifs ornementaux à portée symbolique. L’installation, dans l’espace public, du portrait de l’empereur, qui assure sa présence, est garante de protection et de prospérité.

  • Statue de jeune homme - Romain - Exposition temporaire - Musée de
    Statue de jeune homme Marbre Début du IIe s. ap. J.-C. (corps) ; années 170-180 (tête) Italie, Gabies. Ancienne collection Borghèse Paris, musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines
  • Autel des douze dieux dit autel de Gabies - Musée de la Romanité
    Autel astrologique – marbre Époque impériale Italie, Gabies, 1792 Ancienne collection Borghèse Paris. Musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines
  • Relief - Musée de la ROmanité
    « Relief à la triade apollinienne Marbre Époque augustéenne (?) Ancienne collection Albani Paris, musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines »
  • © RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Hervé Lewandowski
    Relief architectural orné d’une Victoire ailée Terre cuite Ier s. av. J.-C. – Ier s. ap. J.-C. Italie Paris, musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Tony Querrec
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Tony Querrec
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Tony Querrec
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Hervé Lewandowski

Divus Augustus

Auguste meurt le 19 août 14 ap. J.-C., à 75 ans. Le 17 septembre, quelques jours après ses funérailles, le Sénat vote les honores caelestes, « honneurs célestes » qui le placent « au ciel » avec les dieux (apotheosis en grec, apothéose). Cette procédure est appelée en latin consecratio (attribution de la qualité divine). Admis dans l’assemblée des dieux au rang de divinité secondaire, le prince devient ainsi divus (divin) mais non deus (dieu), terme réservé aux dieux immortels. Cette consecratio est l’aboutissement d’une accumulation d’hommages officiels et spontanés reçus par Auguste tout au long de son règne. Elle constitue un enjeu politique car elle assure la transmission du pouvoir à Tibère, devenu fils du divin Auguste, en lui conférant une légitimité par ascendance divine. La consecratio d’Auguste s’appuie sur des précédents : l’apothéose légendaire de Romulus, fondateur mythique de Rome, et la divinisation de Jules César. Elle ouvre la voie à la divinisation post mortem de la plupart des empereurs et de quelques rares membres de leur famille qui seront honorés jusqu’à la fin de l’Empire.

  • Musée de la Romanité - Médaillon Lampe à huile
    Médaillon de lampe Terre cuite Premier quart du Ier s. ap. J.-C. Nîmes, Musée de la Romanité
  • © RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Tony Querrec
    Auguste Marbre Italie, Caere, ancienne collection Campana Paris, musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines
  • Paris, musée du Louvre. MA1239.
    L’empereur Tibère – Exposition temporaire : L’empereur romain, un mortel parmi les dieux – Musée de la Romanité – Nîmes Paris, musée du Louvre.
  • Dauphin à la comète - oeuvre romaine - Musée de la Romanité
    Fragment de pilastre avec dauphin à la comète de César Marbre de Chemtou Fin Ier s. av. J.-C. Arles, cryptoportiques du forum Arles, musée départemental Arles antique

S. Ramillon/Ville de Nîmes
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Tony Querrec
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Hervé Lewandowski
© L. Roux

Honorer l’empereur en narbonnaise

Hommage publics

Dans les provinces occidentales, et notamment en Gaule, les hommages adressés à la maison impériale constituent des manifestations de loyauté politique de la part des autorités locales qui cherchent à établir un lien avec la nouvelle administration. Le pouvoir central encourage d’abord ces initiatives avant de leur donner progressivement un cadre institutionnel. Peu à peu, le « culte » rendu au Génie du prince régnant, ainsi qu’aux divi, empereurs et membres de la famille impériale divinisés après leur mort, sera organisé et officialisé à différents niveaux administratifs. En Occident, le prince n’est pas honoré seul, il est généralement associé à la déesse Rome. Ainsi, en 12 av. J.-C., un culte de Rome et d’Auguste est mis en place à l’échelon fédéral avec la consécration d’un autel à Lyon, capitale des Trois Gaules. A l’échelon provincial, les honneurs rendus à l’empereur et aux divi sont à la charge des assemblées des cités des provinces. Enfin, à l’échelon municipal, les formes du culte varient selon le statut de la cité (colonies, municipes ou cités pérégrines).

  • Buste d'Antonin le Pieux en frère Arvale, (prêtre de Cérès), voilé et couronné d'épis
    Antonin le Pieux Marbre 138-161 ap. J.-C. Provenance inconnue, saisie révolutionnaire au château d’Ecouen en 1793 Paris, musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines
  • Musée de la Romanité - Œuvres - Nîmes
    Monument funéraire d’une flaminique, Licinia Flavilla, et de son époux Calcaire Deuxième moitié Ier s. ap. J.-C. Nîmes, « près d’une maison voisine des Arènes, côté nord », 1823 Nîmes, Musée de la Romanité
  • Scène de sacrifice - Musée de la Romanité
    Scène de sacrifice Marbre Dernier quart du IIe s. ap. J.-C. Ancienne collection Borghèse Paris, musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines
  • © RMNGP/Franck RAUX
    « Hermès de flamine Marbre blanc, calcaire gris Fin Ier s. – début IIe s. ap. J.-C. Villevieille (Gard) Saint-Germain-en Laye, musée d’Archéologie nationale »


© RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Hervé Lewandowski
© S. Ramillon/Ville de Nîmes
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Anne Chauvet
© RMNGP/Franck RAUX

Hommage privés

La découverte de portraits impériaux dans des lieux privés (maisons, villas) et semi-publics (sièges de corporations), associée au témoignage des sources littéraires atteste l’existence d’une dévotion individuelle à l’égard de l’empereur. Les particuliers prient pour la sauvegarde (pro salute) du chef de l’Etat dont dépendent la paix et la prospérité de l’Empire. Le poète romain Ovide, par exemple, sacrifie de l’encens et prie dans sa maison devant les effigies d’Auguste, de Livie, et des princes Tibère, Germanicus et Drusus.
Par ailleurs, les thèmes iconographiques « héroïsants » ou « divinisants », importés de Grèce par les généraux et hommes politiques de la fin de la République, puis adoptés dans l’art officiel à l’époque impériale, sont récupérés dans les décors privés, notamment funéraires. Ce langage figuré parle à toutes les couches de la société romaine habituée à interpréter les images et les symboles.

  • © RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Gérard Blot
    « Portraits d’Auguste Bronze, verre Entre environ 30 et 70 ap. J.-C. Neuilly-le-Réal (Allier, France) Paris, musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines »
  • © RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Thierry Ollivier
    Lare dansant Bronze Ier s. av. J.-C. Italie (?) Paris, musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines
  • © RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Thierry Ollivier
    « Statue de femme en Diane Marbre Années 160-170 ap. J.-C. Italie, Cumes. Ancienne collection Campana Paris, musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines »
  • © RMN-Grand Palais (musée d’Archéologie nationale)/Franck Raux/Dominique Couto
    Tête de Faustine Cristal de roche 138-141 ap. J.-C. ou posthume Frontière franco-belge Saint-Germain-en-Laye, musée d’Archéologie nationale

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Gérard Blot
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Daniel Lebée/Carine Déambrosis
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Thierry Ollivier
© RMN-Grand Palais (musée d’Archéologie nationale)/Franck Raux/Dominique Couto

mosaïque