La mode romaine

La mode existait déjà durant l’Antiquité ! Les vêtements chez les Romains étaient représentatifs de la classe sociale à laquelle on appartenait : citoyen, esclave, enfant, patricienne etc. Ci-dessous un petit tuto pour réaliser une tenue de patricienne romaine et de citoyen romain.



LA TENUE DE PATRICIENNE ROMAINE

Les femmes romaines aisées portaient d’abord une tunique dite « de décence », sur laquelle on enfilait une stola, sorte de robe cousue ceinturée sous la poitrine ou aux hanches, qui descend jusqu’aux pieds, les cachant en partie.
Elle est recouverte par une palla, sorte de grand châle drapé qui descend jusqu’aux genoux (ou au sol dans certaines circonstances).

Pour réaliser une tenue de romaine nous avons utilisé 3 tissus unis :

  • Pour la tunique de décence : 1 hauteur épaule pied x 2 fois la largeur de la poupée bras ouverts
  • La stola : même forme que la tunique mais plus large : 1 hauteur épaule pied x 2,5 fois la largeur de la poupée bras ouverts
  • Une ceinture (brin de laine, ruban, cordon…)
  • La palla : environ 2x la hauteur de la poupée x 0,5 tour de hanche

 
Les Romains utilisaient des tissus de lin, de chanvre ou encore de laine teints. Plus les couleurs étaient chatoyantes, plus la personne était riche. Ici nous avons utilisé du lin et du coton (ce que nous avions sous la main !). Le coton, même si ce n’est pas historiquement juste, fonctionne très bien pour ce costume et permet de jolies couleurs.

Les tissus étaient tissés aux dimensions du métier à tisser et ils n’étaient pas coupés. Bien sûr, nos tissus ont aujourd’hui des dimensions plus larges. Il suffit donc de couper directement dans le tissu. Si vous voulez que le costume dure plus longtemps, il faudra faire un ourlet sur les bords coupés.

 
Les étapes de confection :

La tunique de « décence » (l’équivalent de nos dessous) comporte 4 rectangles :
1 devant et un dos et 2 manches qui sont assemblés aux épaules, emmanchures et sur les côtés.
Pour simplifier le costume, nous avons directement découpé une tunique en forme de « T » dont les épaules et les côtés ont été assemblés.

 

La stola est une tunique améliorée.
Elle est beaucoup plus longue (pour cacher les pieds) et ample pour avoir du volume de tissu (symbole de richesse).
Elle a des manches souvent larges (cousues ou boutonnées, parfois les boutons peuvent être décoratifs).

 

La palla était une sorte de grand châle rectangulaire qui servait de manteau.
Elle était soit fixée dans la ceinture, soit simplement drapée par-dessus la stola. On la passait sous le bras droit et elle revenait sur l’épaule droite en jolis plis très élégants. Une petite touche d’ornementation : on peut placer une perle sur les quatre pointes, leur poids permet de lester le vêtement.
L’intérêt de ce manteau, comme pour la toge, est de n’être ni cousu ni attaché.

 

Et voilà ! Votre poupée ressemble désormais à une jolie femme romaine !
Si vous le souhaitez, vous pouvez même adapter la technique pour un vêtement plus grand.

 

 
LA TOGE DE CITOYEN ROMAIN

La toge était un vêtement d’apparat, symbole du citoyen romain, qui se portait par-dessus une tunique. Le statut d’une personne et son éducation se reflétait dans la façon dont son vêtement était drapé et dans sa manière de bouger avec ce vêtement. La toge était une tenue plutôt lourde qui nécessitait de se tenir avec une certaine majesté ! Revêtir une toge était difficile, voire impossible si l’on n’avait pas deux esclaves à sa disposition.  Pour en revêtir une poupée, c’est beaucoup plus simple !
 

Les étapes d’habillage :

Vous aurez besoin d’une longue étoffe : hauteur de la poupée x 200 cm  ou plus. Il faut compter au moins 6m50 pour une taille adulte ! Couper deux des angles en un demi-cercle.

Le plus souvent les toges étaient écrues avec une bande de couleur cousue sur le côté, mais pouvaient être d’autres couleurs. La couleur pourpre était par exemple réservée aux généraux lors de cérémonies officielles. Les tissus blancs n’existant pas, il fallait passer un tissu écru à la craie.

 

Placer un pan sur l’épaule gauche de manière à ce qu’une des pointes du tissu soit à hauteur des pieds et placé entre les pieds. Couvrir le dos puis passer le tissu sous le bras droit au niveau de la taille : ça forme un gros bourrelet. Le reste du tissu remonte vers l’épaule gauche et on jette ce qui reste de tissu par-dessus l’épaule gauche.

Résultat : la deuxième pointe du demi-cercle doit se retrouver dans le dos.
Une petite touche d’ornementation : on peut placer une perle sur les deux pointes, leur poids permet de lester le vêtement comme pour la palla.

 

 

 

mosaïque